05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Locked
neO
Hôtesse d'accueil
Posts: 2068
Joined: Thu 9 Apr 2015 00:32
Location: Va chier
Contact:

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by neO » Wed 6 Jul 2016 23:35

Latest post of the previous page:

Joarius wrote:Non neO, je ne suis pas du tout obsédé par mon âge
Mince, ma tentative de te soutirer l'information a échoué.
Heureusement, Enigma est sur le coup, je l'aurai un jour, je l'aurai !
Crotmoul wrote:*Intervention à l'ironie subtile sur l'utilisation des smileys qu'il exècre*
:D :) ;) :( :o :shock: :? :s 8-) :lol: :x :oops: :mabite: :P :'( :roll: :| :toncul: :zipp: <_< :love: :ninja: :panda:
Image

User avatar
Snakeshit
Posts: 42
Joined: Wed 29 Jun 2016 00:48

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by Snakeshit » Thu 7 Jul 2016 00:16

neO wrote: Ton copain de l'étage du dessous était moins à la cool quand même, je l'ai regardé s'en prendre plein la tronche un certain temps, le sol recouvert de bandages (c'est d'ailleurs un des rares non-oneshot que j'ai vu, j'imagine qu'il prenait pas des impacts directs mais issus de la fenêtre ? les autres non-oneshot étant principalement des blessures avec des shrapnels de grenade j'ai l'impression que les medics ont pas dû avoir des masses de travail...), mais tu disais plus haut qu'il a fait plusieurs victimes donc en plus d'avoir de la gueule c'était efficace :)

Cheers
Le copain en dessous a utilisé beaucoup de bandages pour se soigner d'une blessure de traversage de plancher (et il n'a pas osé monter plus haut) de même que moi. Par contre oui de sa position il a dégusté avant de mourir :P .

Les médics n'ont effectivement pas servi à grand chose, Olipro ayan été TK par Setch (et ils ont l'habitude de jouer ensemble, je soupçonne que Setch était jaloux du poil soyeux d'Olipro :ninja: ).

Le mode spectateur est celui d'Ace il me semble mais il est fort pratique en effet.

D'accord avec Joarius au sujet de ceux qui balancent à mort sur ceux encore vivant, déjà parce qu'on a une vision plus globale mais surtout quand on est mort c'est qu'il y a une raison (oui bon les bugs c'est chiant :panda: ).

Pour le TK, ça me dérange qu'à moitié (ça arrive, dans l'action aucun soucis, si c'est sur une personne qui nous a pas repéré c'est un peu plus limite).

El Tyranos
Révolutionnaire
Posts: 3403
Joined: Wed 8 Apr 2015 16:23
Location: La Licorne, Libreville
Contact:

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by El Tyranos » Thu 7 Jul 2016 11:41

Le mode spectateur est effectivement celui de ACE, tenu à jour, configurable dans un userconfig, sans scripts à foutre partout, donc il est fort pratique et plutôt light. Dommage par contre que la bascule soit instantanée, on a pas le temps de comprendre qu'on est mort qu'on est en spectateur.

@Joarius : je suis choqué d’apprendre que tu es un dinosaure. C'était comment la vie au moyen âge ? Est-ce que les gens étaient plus heureux ?

@tous : je mettrais plusieurs canaux spectateurs à la limite si vous voulez vous isoler avec des copains, ou pour que ce soit plus calme.

L'annonce du briefing de la prochaine mission et l'ouverture des inscriptions se feront demain soir. Quasiment pas de changement à l'organisation des groupes, sauf dans le groupe support qui sera à priori divisé en 2 petits groupes de 3. En attendant une MAJ d'Iron Front est sortie donc il faudra bien évidemment se resynchroniser sur notre repository en avance, se taper les 8gb de DL d'APEX lundi soir. Sale temps pour les gens encore en 56k.

EDIT :
Article sur la MAJ : https://forums.bistudio.com/topic/19...ons/?p=3057977
Changelog complet : http://steamcommunity.com/sharedfile...elog/660460283

Kurtd
Posts: 6
Joined: Tue 8 Sep 2015 23:11

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by Kurtd » Thu 7 Jul 2016 12:03

La Mission en elle même était sympa, l'immersion y était , le drop para j'ai trouvé ca bien cool avec les Rally points et identification.

Pour ma part j'ai pas vu grand chose.. le groupe ou je me trouvais à fait une diversion sur l'objectif "Resistance" puis on à back en appuis sur la Ville à capturer. Les annonces des alliés étaient correct sur l'objectif du coup ya pas eut de tk , c'étais nice pour ca mais du coup quand on avait une target ennemi le temp d'identifier et annoncer si feu ou pas au chef de groupe bah elle avait disparu :)
On prenait des tirs de dos et ca annonce que ca viens d'en face , on back up derriere la maison paf mort par le même tireur qui étais suposé être en face :D puis le reste de mon groupe pareil par le même gars à l'exception d'un . En gros ca jouait bien teamplay on est juste tombé dessus le reste d'une groupe bosh qui était en mode guérilla :D
Il y à eut la prise en main de notre groupe par le Cdg , j'ai envie de dire notre Cdc aurait du garder son autonomie ou s'imposer cela aurait pu être une autre histoire :D
Au sujet des Tk , bah les mecs faut arrêter de faire les fou de la gachette , se parler , avoir un code entre vous :D

Sinon les Désync dommage mais pas trop génant de mon coté vu qu'on étais en mode attente, gros soucis avec la "Bar" par contre je règle a 300-400mètre je tire je vois les tracantes de mon arme qui tape à un metre devant moi et qui parte sur la lune du coup je suis resté tout le temps en ironsight 100 mètre.

Fun fact notre AT a tenter un tirer de roquette sur le cloché à 500 mètre , la roquette est partis en croissant de lune puis à pété dans le ciel après 6-7 sec :D

Vivement la Next !

User avatar
Crotmoul
Modérateur du fist
Posts: 2457
Joined: Wed 8 Apr 2015 17:33
Location: Toulouse
Contact:

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by Crotmoul » Thu 7 Jul 2016 12:52

Mein Liebe,

DER KRIEG ! Une fois de plus nous voilà de nouveau au cœur des combats. Nous sommes en Normandie depuis trois mois pour assurer les défenses du Mur de l'Atlantique. L'état-major nous a posté ici pour qu'on puisse se reposer et se reformer après les désastres sur le Front de l'Est, nous y croyions, nous pensions pouvoir panser nos blessures et célébrer nos kamarad tombés.
Alors que nous écoutions les bruits du mess faisant remonter les pleures de Rommel après le retrait des divisions Panzer dans les terres, c'est l'alarme !

Notre Gefreiter Elder nous pousse au dehors de la casemate alors que les sirènes nous vrillent les tympas de par le bocage Normand. Il nous presse à l'arrière d'un Blitz, nous devons saboter un camion radio à la kommandantur qu'il nous crie au passage.
Je regarde autour de moi dans le caisson du véhicule et me rend compte véritablement de nos pertes précédentes, tant de places sur ces deux bancs de bois.
Une première halte, un Scharfschütze monte à bord, nous devons le laisser au passage vers notre point de démotorisation. Il va à la guerre, seul, serein.
C'est en parcourant la campagne que nous comprenons l'alarme. Des avions, tant d'avions Hilda, c'est inconcevable. Par milliers des parachutistes en sortent, la soie alliée pleut sur le Cotentin.
On nous avait dit que le Pas-de-Calais serait le point d'attaque des alliés, c'est chez nous qu'ils débarquent. Comment cette nation de semi-hommes, peuplée de schwarz et de juden peut-elle assembler une si formidable armée. Que de puissance, qu'allons nous faire...

Un coup de frein, un ordre aboyé et nous descendons de l'Opel. Il fait noir complet, je vois à peine mes kamarad mais il nous faut avancer. Nous sommes à un kilomètre de notre objectif, la crosse de mon FG est plaquée contre mon estomac, les pains d'explosifs se font lourds sur mes épaules et le cidre rapidement avalé ballote dans mon estomac. Nous sommes le 6 Juin 1944 et j'ai peur Hilda.
Le Gefreiter Elder nous guide à travers la nuit, funeste kommando, réduit à sa plus petite cellule. Avec nous sont les soldats beTeka et Mug Bubule. Comme moi deux vétérans des campagnes de l'Est, deux amis. Les derniers qu'ils me restent.
Je ne vois toujours rien, au milieu de ce bocage je me sens perdu mais Elder, patient, maître de lui comme toujours en situation de combat, nous guide furtivement. Il me rassure un peu. Mes nerfs éprouvés le remercient.

On a marché un certain temps, 30 min, deux heures ? Je ne sais pas, le temps est suspendu, nous nous attendons à tomber sur une patrouille alliée à chaque bosquet. Nous ne parlons pas, ou alors quelques chuchotement de commandement. La sueur nous glace le dos, pourtant il a plu. La boue Normande se fait lourde sur les brodequins de saut.
Enfin ! La kommandentur se dévoile alors que l'aube lève son voile sur l'Atlantique. J'ouvre la marche et progresse dans les ruelles sombres. La défense passive. Avec un peu de chance ces untermenschen ont raté leurs zones de saut. Nous avons inondé les champs il y a quelques jours. Sont-ils en train de sombrer dans la boue ? Je l'espère.

"ezijfpoefe^fkzep^fkez"

Effroi ! Des voix sortent de la maison, devant moi. Il y a du monde à l'étage. Ce n'est pas du français, mes reliquats de collège me font reconnaître l'anglais. Je ne sais pas d'où ils viennent, américain sûrement. L'un d'eux a un accent prononcé, qu'on dirait venant du Sud de la France. Sûrement un immigré, il n'y a que ça chez eux.
L'ennemi. Il est là, il a été plus rapide, il nous attend.
Oh Hilda, schöne Hilda...
Je me retourne, je suis seul. Je n'ose pas parler, ni appeler mes kamarad. L'amerikan est là, à deux mètres, à l'étage.
Je suis au RdC, je tremble, mon cœur palpite, mes jambes me lâchent. C'en est trop ! Je n'ose monter, le plancher grince, je n'imagine le bruit des marches. Le tout pour le tout, ça continue à parler là-haut, fort, on entend qu'eux. Deux qu'ils sont je pense. Ils se croient déjà maître du monde. Ils vont voir.
Je reconnais le mot grenade. Bien, je leur offre l'une des miennes. Un "ploc" sur le sol, le silence ; je m'allonge, explosion. Puis un cri de désespoir, une voix. L'autre est sûrement mort, le second doit agoniser.
Je ressors, à moitié fou, toujours pas de kamarad. La panique gagne, suis-je seul, sont-ils morts ou perdus ? Combien d'ennemis encore. Je fait le tour du pâté de bicoques, j'entends toujours l'ennemi appeler après son compagnon. Je rentre de nouveau dans sa maison, je vais l'achever. Sang et fracas, toujours !
Une silhouette au RdC, un fusil, mon index se crispe, le FG tonne entre mes mains et la silhouette s'écroule. C'est Mug ! Mein Gött ! Je me suis trompé de bâtiment, j'ai tué mon frère d'arme.

...

Une fusillade, brève, intense. Je reconnais le caquètement d'un STG44.
beTeka ! C'est son arme. Dans la maison à côté, celle que j'ai grenadé.
Un nouveau cri, "MEIN KOPF". Paralysie, je me rue vers lui, Elder apparaît. Tout est dit, beTeka est mort, stupeur, nous ne bougeons plus pour quelques secondes. Puis une voix "Che fois la Kommandantur !"
"beTeka ! T'es fifant !?"
"Oui, y'avait un US vivant là-haut, il m'a tiré une balle dans le casque, un fusil à bouchon, une arme ridicule, une carabine pour enfant. Il est mort maintenant"
Joie fugace car je leur annonce le trépas de Mug. Mon erreur, les nerfs qui lâchent... Nous n'y pouvons rien pour le moment, nous avançons doucement vers le camion radio, tout est calme maintenant. La guerre a prélevé son dû ici.
Je pose mes explosifs, détonateur, 40 secondes et nous partons. Retour au Blitz, BOUM, le camion radio saute devant la Kommandantur.
Au loin, devant nous, nous entendons des combats faire rage. C'est Saint-Laurent, les alliés doivent tenter de la prendre. Le Gefreiter tente de communiquer avec nos troupes à la radio, mais les réponses sont sporadiques, voir inexistantes. Il arrive tout de même à recevoir l'ordre de venir supporter les défenses de la batterie côtière. Ce sera notre dernier contact avec le QG. Ils auront probablement offert leur ultime sacrifice pour le Reich.

Une nouvelle progression dans les bocages, on y voit clair à présent. De tous côtés des tirs, armes automatiques, fusils, roquettes, grenades. Le jour est levé, l'enfer est là.
Enfin, nous arrivons en vue de la batterie, bien retranchée au milieu d'un hameau, derrière un impressionnant réseau de fils barbelés.
Appels radio pour prévenir de notre arrivée par le Nord. Rien, pas de réponse. On va pour s'avancer, une rafale, puis deux, puis trois. Une MG42 qui nous salue.
Salauds !
Qui est-ce, les nôtres ? Les alliés qui ont pris la position et nos armes ? Aucune communication... À force de contournement et d'observation nous voyons les pourvoyeurs de la MG - allemands.
Ils nous tirent dessus. beTeka tente une avancée, en criant à plein poumon le mot de passe. Rafale ! Tacatactactac ! Il se faire presque cueillir.
Nous sommes bloqués. Devant, des kamarad fébriles. Derrière, sûrement toute l'armée américaine.
On tente le tout pour le tout, un fumigène vert - FREUND ! - et on court, armes baissées. Nous rallions une grange, indemnes. On nous aurait reconnu.
beTeka prend position derrière un soupirail au grenier. Deux silhouettes, des américains, déjà ! Il tire, un s'écroule. Brave petit bavarois.
On continue notre progression vers les canons, on enjambe un corps, allié. Guten Morgen Johnny.

Ralliement sur une maison, des voix à l'étage. De nouveau beTeka lance notre mot de passe. Aucune réponse, si, des grenades. Fracas, encore. Poussières et débris. Horreur aussi. Notre Gefreiter est à terre, sur le pas de la porte. Puis de nouveau les voix au-dessus. Allemandes... Saloperie de guerre où on s’entre-tue. Nouvelles explosions. Je suis vivant.
"beTeka !?"
...
Il est derrière moi, je le vois dans la pièce d'a côté à travers le trou d'obus de la cloison. Mort aussi. Je suis seul.
...
Seul avec au-dessus ces deux allemands qui nous tuent. Je tente de communiquer avec eux, peu de réponses. Ou alors... Je leur dis, vous tuez des amis. Ils me répondent "les amis n'ont pas à arriver du Nord ". Der krieg...
Vaille que vaille, pour toi Heimat, je vais rester ici et tenir ces canons. Je me positionne sur une fenêtre du RdC, je n'irai pas voir les deux fous de guerre de l'étage. Mon FG est approvisionné, une grenade à portée de main. Je fixe la grange où nous étions quelques minutes plus tôt. Vivants... Puis j'attends.
Devant mes yeux, Elder, dont les mouches se font un festin sur ses viscères répandues. À mes côtés beTeka. Deux frères d'armes avec qui nous aurons tout partagés ces dernières années. Mêmes ces tristes, flasques et blêmes fesses des rudes paysannes de l'Ukraine. J'arrive mes amis.

Ça bouge dans les buissons en face, c'est l'assaut !

...

Je suis étalé sur le dos, je vois les balles trouer encore et encore le mur de cette petite maison. Le plâtre est partout, me prend les poumons. Les échardes de bois des montants de fenêtres volent en tous sens. Mon corps doit en être criblés mais je ne sens rien, je ne sens plus rien.

À vingt mètres j'ai ouvert le feu et fait pleuvoir ma haine sur ces américains. Un s'est éffondré, sûrement un autre est touché puis à mon tour je reçois leur amitié. Un feu nourri, violent. Un impact et je suis propulsé au sol. Je ne sais pas trop où ils m'ont touché, la colonne sûrement, je perds toute sensation.
Je les entends, ils sont à côté. BOUM ! BLAM ! Ils grenadent, ils ont peur aussi. Ils sont prudent. À l'étage ça semble tirer encore, mais ils semblent être moins précis que pour mes kamarad.
Je respire.
...
Je respire à nouveau.
...
C'est dur.
...
Je respire, oh Hild...
__Rock"n"Roll__

User avatar
beTeka
Mr. Swag
Posts: 1649
Joined: Thu 9 Apr 2015 01:07
Contact:

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by beTeka » Thu 7 Jul 2016 13:32

Prix goncourt 2016.
Image

User avatar
Joarius
Posts: 89
Joined: Tue 11 Aug 2015 11:22

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by Joarius » Thu 7 Jul 2016 14:35

El Tyranos wrote:@Joarius : je suis choqué d’apprendre que tu es un dinosaure. C'était comment la vie au moyen âge ? Est-ce que les gens étaient plus heureux ?
La vie au Moyen-Âge ? Comme maintenant : le Loch Ness, c'est pas folichon. 'reuz'ment maint'nant 'y les ordis. :)

El Tyranos wrote:@tous : je mettrais plusieurs canaux spectateurs à la limite si vous voulez vous isoler avec des copains, ou pour que ce soit plus calme.
Merci.

@Croutmol : eh bê ! T'étais inspiré ! :)

neO
Hôtesse d'accueil
Posts: 2068
Joined: Thu 9 Apr 2015 00:32
Location: Va chier
Contact:

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by neO » Thu 7 Jul 2016 16:04

Kurtd wrote:gros soucis avec la "Bar" par contre je règle a 300-400mètre je tire je vois les tracantes de mon arme qui tape à un metre devant moi
C'est exactement ce que j'ai constaté avec mon fusil à lunette, et quand j'ai regardé des allemands s'en servir en spectateur je voyais les impacts au sol 3m plus loin... mais personne ne me croit :'(
Crotmoul wrote:Mein Liebe,
Putain qu'est-ce qu'il y a comme pollen aujourd'hui, je dois être allergique, je pleure :'(
Image

El Tyranos
Révolutionnaire
Posts: 3403
Joined: Wed 8 Apr 2015 16:23
Location: La Licorne, Libreville
Contact:

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by El Tyranos » Fri 8 Jul 2016 09:06

J'ai fais des tests sur les fusils dans l'arsenal, j'ai rien eu de particulier. Dans le doute je réessayerai sur le dédié dans la journée.

Les inscriptions ouvriront vers 18h30.

User avatar
Cirav
OFCRA
OFCRA
Posts: 19
Joined: Mon 20 Jun 2016 12:24

Re: 05/07/2016 - Operation Albany (Bataille de Normandie #1)

Post by Cirav » Tue 9 Aug 2016 10:12

Image

Locked

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests